Contre la sélection à l’Université !

Contre la sélection à l’Université !

La Coordination nationale Pas sans Nous apporte tout son soutien à l’ensemble des personnes qui sont mobilisées contre la réforme Vidal qui institutionnalise et renforce la sélection à l’entrée de l’université en l’étendant à toutes les filières. Cette loi ORE, loin de garantir “l’orientation et la réussite des étudiants” comme elle le prétend, favorisera les discriminations liées à la position sociale du candidat, “ses origines supposées” et sa situation financière.

Nous avions déjà lancé en février un appel à la mobilisation contre cette réforme qui ne fera qu’aggraver les inégalités d’accès à l’université, entre universités et entre filières. Les lycéen.ne.s issu.e.s des quartiers populaires seront les premier.e.s à en subir les conséquences. Contrairement à d’autres, ils, elles n’auront pas la possibilité de recourir à un système privé qui ne manquera pas de se développer.

Depuis cet appel, nous avons soutenu et suivi de près la mobilisation étudiante et nous avons salué la convergence des luttes. Nous avons aussi été témoins des tentatives répétées du gouvernement de briser cette mobilisation en employant des techniques que nous connaissons bien dans les quartiers : décrédibilisation et criminalisation des étudiant.e.s, usage disproportionné de la violence par les forces de l’ordre, minimisation des violences subies par les manifestant.e.s, amplification de celles subies par les forces de l’ordre !

Après la Sorbonne il y a quelques jours, l’évacuation de Tolbiac ce vendredi par les forces de l’ordre est une nouvelle démonstration de force du gouvernement contre un lieu symbolique de résistance. Loin de s’être déroulée sans incident, un étudiant est aujourd’hui entre la vie et la mort après avoir fait une chute alors qu’il tentait d’échapper à la charge des CRS, plusieurs autres ont été blessés et tous ont été extrêmement choqués.

Nous dénonçons l’usage de ces méthodes violentes qui visent à réprimer un mouvement que nous jugeons légitime dans une République démocratique. Partout en France des voix s’élèvent pour dénoncer des réformes jugées injustes, nous demandons au gouvernement de cesser de répondre par la violence et d’entendre les revendications des manifestant.e.s.

Nous réitérons notre opposition à cette réforme et demandons une véritable réforme, centrée sur la réduction des inégalités et le droit à l’éducation.

 

Télécharger le communiqué