COMPTE-RENDU DE NOTRE RENCONTRE AVEC HÉLÈNE GEOFFROY

COMPTE-RENDU DE NOTRE RENCONTRE AVEC HÉLÈNE GEOFFROY

La Coordination Pas sans Nous a rencontré la secrétaire d’Etat le jeudi 10 mars 2016. Elle l’a alertée sur la gravité de la situation et l’urgence dans les quartiers :

1) Les associations de proximité sont mises à mal alors que le gouvernement annonce un renforcement du soutien à la vie associative de proximité. Les lourdeurs administratives, le peu de conventions pluriannuelles d’objectifs, les délais de versement trop importants, jusqu’à des audits sur des associations percevant moins de 5000€ les amènent pour certaines à mettre la clé sous la porte. 

2) Les conseils citoyens inscrits dans la loi de février 2014 devaient donner une place centrale de co-construction des contrats de ville. Deux ans après, un constat s’impose : beaucoup dysfonctionnent et sont sous l’emprise des élus locaux, sans aucune autonomie. Pour certains ils sont même fusionnés avec les conseils de quartier. Il n’y a pas ou peu de financement de fonctionnement ; moins de 10 % des conseils citoyens ont été impliqués dans l’élaboration du contrat de ville ; le tirage au sort de leurs membres s’est fait trop souvent sur les seules listes électorales excluant de fait les étranger-e-s ainsi que les non-inscrit-e-s  et le Comité national de suivi des conseils citoyens, mis en place par Myriam El Khomri, a été suspendu depuis son départ.

3) Plusieurs tables de quartiers (proposition initiale du rapport Mechmache-Bacqué) ont été montées spontanément et/ou  en réaction aux dysfonctionnements des conseils citoyens. La Coordination nationale Pas sans Nous porte aujourd’hui en partenariat avec la Fédération des centres sociaux un projet pour l’élargissement de l’expérimentation des tables de quartiers et leur pérennisation. 

4) Une Charte de la laïcité est imposée en Indre-et-Loire aux associations financées par la politique de la ville pour pouvoir prétendre à une subvention. Ce procédé est discriminatoire puisqu’il implique un traitement différencié entre les opérateurs de la politique de la ville et les autres.

La secrétaire d’État a informé la coordination que le prochain Comité interministériel à l’égalité des chances (CIEC) se tiendra en avril et fera le bilan des 65 premières propositions. Un projet de loi sera présenté avant l’été suite aux mesures déjà prises en mars 2015. Il y sera question de réussite éducative, d’emploi, de jeunesse, de citoyenneté et de vie associative. Elle propose un temps d’échange entre la Coordination nationale Pas sans Nous et le ministère sur ce sujet afin que la coordination soumette des propositions qui seront proposées à l’arbitrage interministériel.

La secrétaire d’État s’est dite très attachée aux associations de proximité et a demandé à la Coordination de lui signaler toutes les situations problématiques. 

Elle a indiqué qu’une enveloppe sur la formation des conseiller-e-s citoyen-ne-s sera débloquée avant l’été et une nouvelle réunion de comité de suivi sera programmée fin mars. Elle examinera prochainement le projet sur les Tables de quartier. 

Quant à la Charte de la Laïcité en Indre-et-Loire, elle assure qu’un dialogue entre l’État national et le préfet a été entamé à ce sujet et que les retombées sur le terrain (incluant notamment la suspension de cette charte) auront lieu prochainement.
Une prochaine rencontre, programmée dans un mois, permettra de mesurer la mise en œuvre de ces décisions. 

On ne lâche rien !